​​-

LES WOWS de décembre 2017!(début décembre/mi-décembre)

​​-

​​-

 

LES WOWS D'octobre 2017!(mi-octobre/fin octobre)

​​+

LES WOWS D'AOÛT 2017! (début août/mi-août)

LES WOWS DE SEPTEMBRE 2017!(mi-septembre/fin septembre)

​​-

C'est scandaleux!

​​-


​​+

​​+

LES WOWS D'octobre 2017!(début octobre/mi-octobre)

Une persévérance exaspérante! La démarche de longue date pour rattraper – un jour??? – le retard que le Québec accuse dans les privilèges de pratique octroyés aux infirmières praticiennes spécialisées (IPS) se poursuit! L’Ordre des infirmières et le Collège des médecins négocient actuellement pour écrire le futur règlement à cet effet, qui devra par la suite être approuvé par Québec. Mais rien ne garantit un rattrapage pour ces 650 infirmières. Ce « décalage unique en Amérique du Nord », selon un mémoire présenté récemment à l’Office des professions par l’Association des infirmières praticiennes spécialisées du Québec (AIPSQ), est difficile à résorber, devant les visions surannées du Collège des médecins. «Paradoxalement, poursuit l’AIPSQ, les IPS du Québec reçoivent la formation la plus poussée au Canada». Voir ci-joint - cliquez sur le bouton!

«Quand on se compare, on se console», selon un vieux dicton. Le rapport annuel sur le système de santé de l'Ontario produit par Qualité des services de santé en Ontario (A la hauteur 2017 - cliquez sur le bouton vous donnant accès au rapport) est éclairant sur des enjeux communs avec le système de santé  québécois, dont l'hospitalo-centrisme, l'insuffisance des services à domicile, un accroissement de la détresse des aidants naturels, des délais accrus aux urgences et le manque d'alternatives pour les patients prêts à quitter l'hôpital: en 2015/2016, une moyenne de 3961 lits d'hôpitaux de l'Ontario étaient occupés par des patients qui attendaient de recevoir des soins ailleurs. Ces 3961 lits représentaient l'équivalent de dix grands hôpitaux! Comme quoi il reste du chemin à faire!!!  Mais là où on ne peut pas se comparer à l'Ontario, c'est dans l'accès à ce type de portrait, faute de partage public de ces données.

Ci-dessous: quelques boutons permettant d'accéder à des articles percutants cités dans des WOW antérieurs  (ceux du début 2017 - bilan an 2)

L’été – les vacances! Un moment privilégié pour voyager. C’est ce que nous vous offrons via ces 2 boutons donnant accès à deux sites (L'Observatoire européen des systèmes et des politiques de santé & Health systems and policy monitor - suivi de l’évolution des systèmes européens et des réformes en cours) qui présentent des données exhaustives sur plusieurs systèmes de santé européens. Une façon de comparer, s’inspirer et voyager à peu de frais. Même si certains documents ne sont pas de l’année courante, les portraits présentés sont riches… et là bas comme ici, les changements sont plus souvent progressifs, à la marge!

Les données sur les absences-maladies du personnel du réseau et tout comme celles des gestionnaires indiquent une hausse significative depuis les dernières années selon un reportage récent du Journal de Montréal - rien de vraiment surprenant pour des personnes en contact avec le réseau de la santé et des services sociaux... Mais le portrait était incomplet, plusieurs données n'ayant pas été fournies ou étant non disponibles pour de nombreux établissements. Comme si cacher la réalité permettait de mieux faire face au problème...

Même les plus grands supporteurs du Ministre Barrette s’inquiète des effets concrets des réformes en cours, tels les constats percutants de la Protectrice du citoyen! C’est le cas de M. Pierre Blain du Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) – ce plus enthousiaste supporteur de la première heure du Ministre lors de la Commission parlementaire tenue dans le cadre de l’adoption du projet de loi 10 en 2014/2015. Seul hic… : M. Blain reproche certains dérapages «aux administrations (qui) ont failli en appliquant bêtement des directives». Comme si cette obéissance bête n’était pas la norme attendue et édictée très clairement dès le départ par le Dr. Barrette...Bref, des préoccupations légitimes - bien que basées sur une analyse partielle et incomplète: à cet égard, le rapport de la Protectrice du citoyen est plus éclairant.

Le chat sort du sac... 

Une étude récente établit un lien entre le stress chronique et la dépression. Un stress chronique peut favoriser l'apparition de symptômes dépressifs, révèle une étude dirigée par Caroline Ménard (professeure de la Faculté de médecine de l'Université Laval), première auteure de l'étude publiée dans le dernier numéro de la revue Nature Neuroscience. Ce constat se manifeste concrètement dans le réseau québécois et oblige les directions à des choix douloureux ou douteux: ainsi, un établissement se voit contraint de couper plus 3,5 millions en services d'ici le 31 mars 2018, pour absorber le dépassement des coûts budgétés d'assurances salaires (surtout attribuable aux gestionnaires absents), un autre assigne un gestionnaire au suivi spécifique des cadres en absence maladie (support ou pressions indues de retour en fonction?). A suivre...

​​+

L'élargissement du réseau des ressources intermédiaires au Québec - tant pour les personnes agées que pour les personnes handicappées - a pris du temps à se faire dans les années 2000: il y avait un «trou» à combler dans le continuum entre le soutien à domicile et les CHSLD. Mais cela s'est fait progressivement via une privatisation sauvage des services de soutien aux personnes agées ou en perte d'autonomie axée strictement sur le coût des services. Les appels d'offre ont fait tellement baisser les coûts que les coopératives de services ou les OSBL offrant support et formation à leur personnel, sans compter des salaires décents, sont «sortis» du marché. Comble de cynisme: le gouvernement refuse de négocier des contrats majorés, offrant moins que l'inflation!!! Comme le souligne une médecin engagée dans un tweet, DONNER LEUR MON AUGMENTATION ! Voir la chronique éclairante sur ce sujet par Patrick Lagacé - bouton ci-joint!

Les problèmes dysfonctionnements du réseau, de toutes sortes, n’ont pas fini de se manifester : l’ampleur et la complexité de ce réseau font qu’il en sera toujours ainsi. Mais la centralisation extrême voulue et orchestrée par le Ministre Barrette le rend seul imputable au final. Il a beau jeter le blâme sur les médecins & les gestionnaires, fournir des réponses alambiquées pour transformer la réalité ( ex : on abolit des postes vacants = pas d’impact sur les services! Mais ces postes ont été occupés – même si c’était via des affectations temporaires dans les derniers mois), le jupon dépasse! Il est de plus en plus le seul à croire vraiment ce qu’il dit…

Un espoir se pointe: que des échanges constructifs sur des pistes d'amélioration du réseau de la santé et des services sociaux puissent se tenir, après 3 ans de mesures dictées par un spécialiste, sans véritables débats sur le quoi mais aussi sur le «comment». Les 15 solutions proposées par un collectif de 4 organismes est une bouffée d'air frais. Et des propositions mises de l'avant par les partis politiques vont devenir plus visibles dans les projets mois. Espoir que nous soyons devant des choix audacieux en 2018!

Le remplacement des 10 membres démissionnaires du conseil d’administration du CUSM (Centre universitaire de santé McGill) s’est conclue avec des nominations consensuelles du Ministre Barrette – qui a finalement accepté de prendre du temps pour accepter de recevoir des propositions issues d’un comité de recrutement non partisan. Plutôt que de nommer en urgence des personnes choisies par lui seul et sa garde rapprochée, suite aux 10 démissions en bloc du début juillet, en protestation face au traitement que le Ministre réservait au CUSM.Le Ministre a même ouvert la porte à une hausse du financement du CUSM «si nous avons mal évalué la situation»…! Comme quoi l’approche des élections amène le bulldozer à entrer au garage… pour apaiser les tensions avec cet établissement phare de la communauté anglophone. Un précédent intéressant: un comité non partisan pour proposer des personnes!

ABUS DE POUVOIRS! Le Ministre Barrette continue de se soustraire à toute évaluation critique de façon abusive et éhontée. Non seulement il enfouit dans un projet de loi immense l'abolition légale du Commissaire à la santé et au bien-être, déjà annoncée, mais il ne transfère pas tous ses pouvoirs à l'INESSS (Institut national d'excellence en santé et services sociaux): cet organisme ne pourra faire l'analyse rétrospective des impacts des politiques gouvernementales. Et, en parallèle, le ministre dépose un projet de loi rétroactif pour empêcher le respect d'un jugement antérieur (cause gagnée par l'AGESSS) qui l'obligeait à verser aux gestionnaires ce qui leur êtait dû lors de départs forcés et abolitions de postes.

​​-

LES WOWS de novembre 2017!(mi-novembre/fin novembre)


​«It also seems like confirmation of the worst fears about Barrette’s notorious modus operandi: if he likes you and you stay on his good side, he’ll find the resources to help you succeed; but if you cross him, watch out.»​

​CISSS libre parole


Les dernières semaines nous ont permis de prendre connaissance des données sur l'utilisation des blocs opératoires dans les principaux établissements du réseau au Québec, via des articles publiés dans le Journal de Montréal . Deux faits  troublants dans ce qui en ressort. Premièrement, ces données doivent être obtenues par la Loi d'accès à l'information - cachoteries des données publiques faute d'une ouverture au partage avec le public. Une reddition de compte responsable? Enfin, en milieu urbain montréalais, des % d'utilisation en bas de 85% ou 80% dans des blocs opératoires pendant que le MSSS verse plus de 9 millions à 3 cliniques privées pour des chirurgies payées par le système public. Collusion ou incohérence ou mauvaise gestion?


​​+

La nouvelle entente avec les omnipraticiens, maintenant connue, nous réservait des déceptions: une croissance de la rémunération garantie de 10% en 3 ans, plus que tous les autres employés du réseau! Il  faut bien sûr un rattrapage avec les spécialistes, suites aux écarts indécents (65% de plus) avec ce groupe de collègues... Quant à des clauses réservant à la FMOQ l'exclusivité  des répartitions d'enveloppes entre les types de services requis, nous souscrivons aux commentaires ci-joints du chroniqueur de la Presse + Francis Vailles: inacceptables dans un régime public...

​​+


​​+


​​-

LES WOWS DE JUILLET 2017! (mi-juillet/fin juillet)

Une vision réductrice et fort limitée de l'intelligence artificielle! Lors d'une conférence devant la Chambre de commerce de Montréal, le Dr. Barrette a évoqué la comparaison du coût d'un service médical comme utilisation possible de bases de données en santé. Les possibilités beaucoup plus grandes de comparer des profils de pratique  ou des données cliniques, en fonction des paramètres de QUALITÉ des services et des pratiques professionnelles, n'a pas été évoquée. Notre ministre pense quantité et efficience - très rarement qualité et efficacité des pratiques cliniques: cette approche l'obligerait à bousculer des façons de voir syndicales axées sur la médecine quantitative à l'acte.  Une spécialiste du CHUM  indiquait cette semaine que tous les comités «qualité» du CHUM étaient suspendus depuis presqu'un an, déménagement oblige ... mais que rien ne semble presser pour réanimer ces instances. La pensée du ministre contamine le réseau...